Aller au menu de navigation Aller au contenu Aller au plan du site Aller a la recherche Retour accueil Retourner en haut de page Page accessibilité Page contact

Sélectionnez une étape

Office central de la cooperation a l ecole : Ecoguide pour un Agenda 21 scolaire - 2015

Average rating
Ajouter à vos favoris
Click to subscribe
Lien Web Pour mettre en oeuvre Autre
Ajouter à vos favoris
Click to subscribe
Average rating

Autres outils qui peuvent vous intéresser

A partir des résultats de la Consultation nationale étudiante 2014, le REFEDD a réalisé plusieurs rapports thématiques. Celui-ci présente l'engagement des étudiants, leurs attentes et leurs recommandations sur la thématique du climat.

Fichier

Moins consommer et consommer autrement au sein des CAMPUS : les recommandations du REFEDD

A partir des résultats de la Consultation nationale étudiante 2014, le REFEDD a relevé que la consommation raisonnée est un thème en progression parmi les préoccupations des étudiants. Ce rapport thématique sur la consommation raisonnée revient sur l'engagement des étudiants, et leurs recommandations.

Fichier

Constat : les étudiants sont sensibles à la question de l’alimentation responsable

A partir des résultats de la Consultation nationale étudiante 2014, le REFEDD a réalisé plusieurs rapports thématiques. Sur une base de plus de 7.000 réponses d’étudiants, il ressort que l’alimentation est parmi les trois premières préoccupations des répondants de la Consultation. Ce rapport thématique présente les recommandations sur les démarches d’alimentation dans les campus.

Fichier

Gestion des déchets : première préoccupation des répondants de la Consultation

A partir des résultats de la Consultation nationale étudiante 2014, le REFEDD a réalisé plusieurs rapports thématiques. Celui-ci présente l'engagement des étudiants, leurs attentes et leurs recommandations sur la thématique des déchets.

Fichier

Mardi 10 mai 2016
Horaires: 9h-12h
Lieu: Chantonnay (Vendée)

L’agroécologie est-elle l’avenir de l’agriculture dans le Grand Ouest ? Cela ne fait aucun doute. Si ces méthodes restent encore marginales, de plus en plus d’agriculteurs tentent l’aventure, et les résultats sont prometteurs. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Située au carrefour de l’agronomie et de l’écologie, ce mot-valise désigne une démarche agricole qui utilise les services rendus par les écosystèmes, plutôt que de chercher à les substituer par des intrants (engrais, pesticides). "Au lieu de lutter contre la nature, on compose avec", résume Benoît Drouin, président du réseau Agriculture durable des Civam dans une interview au journal Le Monde.

Comment généraliser l’agro-écologie sur le Grand Ouest ? Quels sont les freins et les leviers de son développement auprès des agriculteurs ? Comment la rendre plus attractive pour les transformateurs, les distributeurs et le consommateur ? Quels sont les leviers de l’action publique ?

Voici quelques-unes des actions qui seront abordées lors de cet atelier de travail qui se déroulera sur les terres de Jacques Morineau, au sein du GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun) Ursule qui a été récompensé en 2014 pour son engagement en faveur de l’agro-écologie.

Présence de différents experts et réseaux régionaux et locaux, et de responsables de collectivités pour contribuer au débat qui suivra la visite de l'exploitation.

Fichier

24 mai 2016
Horaires: 9h à 12h
Lieu: zone d'activités de Brais-Pedras (Saint-Nazaire)

Pour la majorité des collectivités de l’ouest de la France, les zones d’activités sont des espaces de développement économique indispensables pour l’emploi local. Mais, parce qu’elles concentrent géographiquement l’activité économique, ces zones sont également de très grandes consommatrices d’énergie. Pourtant, la densité des zones d’activité offre un potentiel inéluctable pour la réduction de la facture énergétique. La zone de Brais-Pedras, à Saint-Nazaire, en a fait l’expérience. Sous l’impulsion de la collectivité (la CARENE), plusieurs entreprises se sont réunies dans le cadre d’un projet collectif visant à réduire leurs consommations. Animée par un bureau d’études, la démarche a conduit les entreprises à développer de nouvelles coopérations : audit énergétique groupé, achat commun d’ampoules peu énergivores, échanges sur leurs difficultés et leurs progrès, etc.

Quels bénéfices de cette démarche pour l’environnement et l’entreprise ? Quels partenaires investir ? Quels facteurs-clés de réussite ? Comment susciter une approche collaborative sur le long-terme ?

Ces questions seront explorées lors d’un débat animé par le Comité 21 qui fera suite à une visite d'entreprise sur le site du parc d’activités de Brais-Pedras à Saint-Nazaire.

Fichier

Proposition d'actions à mener pour la réduction des déchets et du gaspillage au sein d'un établissement supérieur

Fichier